Sapeur-pompier

Descriptif du poste.

 

Si l’invention du scaphandrier date de 1878, le plongeur professionnel pour tous les travaux subaquatiques a acquis bien plus de technicité et de variété de ses missions que l’image du Bibendum relié à un câble dans Le Secret de la Licorne des aventures de Tintin ne le laisse supposer. 

Le scaphandrier (code Rome -I1502) est à la date d’aujourd’hui un militaire de haut niveau, ou un ouvrier sous-marin incontournable, qui intervient autant sur les bords des lacs que sur des piliers de ponts dans le monde entier. 

Sa forme physique de haut niveau et ses compétences en travaux de soudure ou en déminage lui garantissent l’admiration de ses pairs, même si les salaires ne sont pas toujours au niveau de la complexité de ses compétences. Un plongeur expérimenté peut être scaphandrier, ou exercer les deux métiers.

SALAIRE

Scaphandrier

Le salaire d’un scaphandrier dépend de son statut. Dans le privé, un scaphandrier sera rémunéré environ 2500 euros bruts par mois, et jusqu’à 5500 euros. 

Cependant à l’étranger, le salaire peut dépasser 120000 euros à l’année. Dans l’armée, la rémunération de base est plus basse, et annoncée à 1262 euros nets mensuels. Un scaphandrier plongeur de combat est un atout rare pour l’armée. Si la fiche métier est basse, à 2262 euros nets, elle est multipliée par fois 2,5 en opération à l’extérieur par la Marine nationale. 

Ce spécialiste des opérations subaquatiques bénéficie de plus de 9 semaines de congés par an, et du logement ainsi que des repas entièrement pris en charge. Dans le privé, les salaires varient beaucoup, mais bénéficient de la tension sur le marché. Les fiches salaire se situent en moyenne entre 2500 euros bruts mensuels et 5000 euros bruts mensuels, selon les missions, surtout quand elles ont lieu à l’étranger. 

DIPLOME/ FORMATION

Les formations au métier de scaphandrier se définissent en fonction de la profondeur et du type de travaux que le scaphandrier peut effectuer. Trois écoles interviennent principalement : l’institut national de plongée professionnel à Marseille, l’École nationale des scaphandriers à Fréjus et le Centre d’activités de plongée à Trébeurden en Bretagne.

 À cette date, les formations se déclinent en 4 classes (O, I, II et III) et quatre mentions (A, B, C, D) qui définissent la profondeur autorisée. La différence se situe surtout pour les formations en dessous ou au-dessus de 50 mètres.

 Si les formations existent, leur coût restreint nettement le recrutement, allant jusqu’à 20000 euros. L’État français réfléchit donc actuellement à des moyens de financement, la tension sur le métier étant importante et freinant le développement des travaux publics subaquatiques.

POSTULER

LES AXES DE COMMUNICATIONS DE NOTRE CABINET DE RECRUTEMENT FICHE DE POSTE

Retour en haut